Squarespace

13/12-50

OLNEY-13-photos-pour-12-mois

Comme le veut la tradition au Québec, on a jusqu'aux Rois (Épiphanie) pour adresser nos voeux de Bonne Année. Je profite donc de l'occasion pour le faire, à la toute dernière minute je sais, et souhaiter à tous ceux et celles qui suivent mon blog, commentent mes photos ou m'en parlent lorsqu'ils me rencontrent, une très belle année 2017. Elle ne peut pas être pire, sur le plan global, que ne l'a été la triste 2016.

Sur le plan personnel, cette année qui vient de finir a été particulière. Je l'ai commencé en réalisant un gros mandat professionnel, très intéressant et stimulant, mais qui a fait en sorte que j'ai délaissé mes projets photo personnels pendant un certain temps. Malgré cela, 2016 a tout de même été mon année la plus faste en terme de mandats photographiques payants.

Je vous laisse donc avec avec ces 13 photos prises au cours des 12 derniers mois. D'où le 13/12 du titre. Pour ce qui est du -50 de l'équation, il s'agit de quelque chose de très personnel et dont je suis fier, il représente les 50 livres que j'ai perdues depuis le 4 janvier 2016.

Bonne Année!


As tradition goes in Quebec, we have until Three Kings' Day (Epiphany) to send our best wishes for the New Year. I know I'm at the very last minute for that, but I jump in and wish all those who follow my blog, comment on my photos or talk to me about it, a fantastic and creative 2017! After all, it can't get worse than 2016, hopefully.

On a personal level, the year that just ended was a special one. I started it by realizing a great, interesting and challenging professional mandate that lasted more than four months. During that time, I put my personal photo projects on hold for a while and had a hard time getting my drive back. Strangely, despite this, 2016 was my best year in terms of commissioned work.

I leave you with these 13 photos taken in the past 12 months. Hence, the 13/12 of the title. As for the -50 of the equation, it represents a very personal achievement that I'm proud of, it stands for the 50 pounds I lost since January 4, 2016.

Happy New Year!


Éditées sur Lightroom CC  |  All processed in Lightroom CC


Texte et photos © 2017 OLNEY

On Switching to Squarespace - Sur le transfert vers Squarespace

I spent most of the week working on websites again. Nathalie’s one, Semitalys coaching, my own WordPress of course, and slowly but surely preparing my transfer to Squarespace.

I absolutely love the way SS is rendering and showcasing photos. It’s clean, precise and flawless. There’s none, for example, of all those interferences that various plugins introduce to lightboxes in WordPress; frames, social buttons, varying placement for the closing button, nor of the lack of uniformity that the plugins create. I really think it’s the best for photos, especially the Pacific template I’m using.

I already told you in another post that switching to Squarespace has its price, though. It really does. I still have to dig in the css code and input commands here and there for it to behave and display the way I want, the same as in WP. The fortunate thing is that those code lines seems to be more permanent in Squarespace than they are in WP. I have not worked yet with a WP theme that was actually impeccable at keeping all my custom css intact upon upgrading. There’s always something going havoc, if not in the theme itself it’s in the various plugins associated to it, even when using a child theme. So I kept all of my custom code in Evernote, just in case, and frequently had to reload it after an upgrade of theme.

Another price you have to pay in Squarespace is poor localization and translation capabilities. Since you don’t have direct access to the style.css file, nor the .po language file there’s always some issues; some buttons in forms are still in English, little snippets for liking or sharing are a chore to change, the date format still is not what you’d expect on a site which is primarily written in French. Luckily, as in WP, there’s a bunch of people helping others to solve these issues, but the workarounds do not always work in a specific template.

I’ll be going on with Squarespace nonetheless. Slowly… Carefully… I want to do things right.

This brings me to another question I’m having since my very first post: should I write primarily in English or in French? I know… I know… don’t throw rocks at me! I’m French speaking in a French environment, looking for French clients! But you know what!? Most of my followers are English speaking. Plus, the photo world is mostly English. Even the more franco-français websites offer, at least, a Google translate version of their posts, which I did on some posts because, believe me, writing full articles in both languages is quite a job. The thing is that I first imagine every article in English, even if my writing is not perfect, I still recite it in English in my head, and that is where they take form, heck I even dream in English! Having to go from that to a French version is struggling sometimes and I realize that I’m not writing exactly the same thing in one or the other languages. For now, I’m juggling with the possibility of adopting an hybrid position where my articles are going to be written first in English while essential info for potential clients is going to be in French; after all, I don’t think I’ll be having many clients from Australia, the US or UK.

Stay posted, subscribe to my newsletter and you’ll be the first to know! ;-)

J’ai passé la majorité de mon temps, cette semaine, à travailler sur des sites Web. Celui de Nathalie De Pauw, Semitalys coaching, mon propre WordPress bien sûr et, lentement mais sûrement, préparé ma transition vers Squarespace.

J’adore la façon qu’a Squarespace de rendre et de présenter les photos. C’est propre, précis et sans faille. Il n’y a pas, par exemple, toutes ces interférences qu’introduisent les divers plugins de visionnement dans WordPress; cadres plus ou moins présents, boutons sociaux, placement du bouton de fermeture qui varie régulièrement. Il n’y a pas non plus de ce manque d’uniformité dans le design que les plugins engendrent. Je pense sincèrement qu’il est le plus adapté à un site photo, en particulier le thème Pacific que j’ai choisi d’utiliser.

Je vous ai déjà dit dans un autre article que le passage à Squarespace vient avec un prix à payer, cependant. Je dois encore et malgré tout creuser dans le code CSS et entrer des commandes ici et là pour qu’il se comporte et s’affiche de la façon que je souhaite, comme dans le cas de WP. La différence toutefois est que ces lignes de code semblent être plus permanentes dans Squarespace qu’elles ne le sont dans WP. Je n’ai pas encore eu la chance de travailler avec un thème WP qui soit impeccable pour conserver intactes toutes mes modifications de code css lors de la mise à jour d’un thème. Il y a toujours quelque chose qui ne va plus, sinon dans le thème lui-même, dans l’un ou l’autre des différents plugins qui lui sont associés, et ce, même si j’utilise un thème enfant. J’ai donc du prendre l’habitude de conserver une copie de tout mon code personnalisé dans Evernote, au cas où, et j’ai souvent dû recharger le tout après une mise à niveau du thème.

Un autre prix que vous devez payer avec Squarespace se situe sur le plan de ses capacités limitées de localisation et de traduction. Puisque vous ne disposez pas d’un accès direct au fichier style.css, ou au fichier de langue .po, il y a toujours quelques problèmes; certains boutons dans les formulaires sont toujours en anglais, les icônes de partage ou les « j’aime » s’affichent en anglais et sont complexes à modifier, le format de date n’est toujours pas ce que l’on attend d’un site qui est principalement écrit en français. Heureusement, comme dans WP, il y a une foule de gens qui s’entraident pour résoudre ces problèmes, bien que les solutions qui fonctionnent pour un thème donné ne fonctionnent pas nécessairement pour un autre.

Je vais néanmoins transférer le tout chez Squarespace. Lentement... soigneusement... Je veux bien faire les choses.

Cela m’amène à une autre question. Une question que je me pose depuis mon tout premier article : dois-je écrire principalement en anglais ou en français? Je sais... je sais... ne me lancez pas tout de suite la pierre! Je parle français, dans un environnement francophone, à la recherche de clients francophones, en grande majorité! Mais, vous savez quoi!? La plupart de ceux et celles qui me suivent sont anglophones. Ceux et celles qui sont abonnés à mes articles aussi. De plus, le monde de la photo, sur internet à tout le moins, évolue surtout en anglais. Même les sites Web les plus franco-français offrent une version anglaise de leurs articles au moyen de Google traduction, ce que j’ai aussi fait pour certains parce que, croyez-moi, écrire des articles complets dans les deux langues représente tout un travail. La chose est que j’imagine chaque article en anglais d’abord, même si mon écriture n’est pas parfaite, je le récite toujours en anglais dans ma tête, c’est là qu’il prend forme, diable Je rêve même en anglais la plupart du temps! Avoir à passer de là à une version française est parfois difficile et je me rends compte que je n’écris pas exactement la même chose dans l’une ou l’autre langue. Pour l’instant, je jongle avec la possibilité d’adopter une position hybride où j’écrirais les articles en anglais d’abord tandis que les informations essentielles pour les clients potentiels seraient en français; après tout, je ne pense pas avoir beaucoup de clients de l’Australie, des États-Unis ou du Royaume-Uni.

Enfin, suivez-moi, abonnez-vous au blog et vous serez les premiers informés! ;-)

Je vous laisse avec quelques photos que j’ai prises cette semaine.

Textes et photos © 2015 OLNEY